Du scan à la CAO 3D – Les jumeaux numériques.

Une Bague*, du scan à la CAO

Par Christine MOULLET, expert CAO
TFL Solutions, Février 2020

  • Scannée directement chez le client, la pièce de haute joaillerie est en parfaite sécurité.

 

  • La numérisation au format CAO paramétré permet, entre autres de diversifier les moyens de fabrication.

Les étapes

Étape 1 :

  • Se déplacer avec le scanner chez le client
TFL Solutions

Annecy : 20km

Genève : 55km

Chambéry : 70km

Lyon : 160km

Étape 2 :

du scan à la CAO

Caractéristiques du scanner :

Lumière bleue structurée

Dimensions maxi des pièces

– 100×100 mm² sur le plateau

– 80 mm en hauteur

Précision selon matière ou état de surface, inférieure à 0,1 mm

Temps de scan pour la bague : 45 mn

(Poudrage et nettoyage compris)

Étape 3 :

du scan à la CAO

Travail des fichiers STL

(avec MeshMixerTM par exemple)

  • Réparation
  • Alignement
  • Combinaison

Étape 4 :

du scan à la CAO

Intégration des gemmes.

Les éléments déjà sous forme numérique sont assemblées au fichier du scan (STL)

Étape 5 :

du scan à la CAO

La numérisation d’une partie :

  • Redessin du treillis
  • Mise à la symétrie du motif

Étape 6 :

du scan à la CAO

La numérisation d’une partie :

  • Paramétrisation de l’anneau en fonction du périmètre
  • Mise à la symétrie du motif

Étape 7 :

du scan à la CAO

Combinaison des différentes parties

Étape 8 :

du scan à la CAO

Fabrication additive pour tester le design

(Optionnel)

Étape 9 :

du scan à la CAO

Envoi des fichiers au format :

  • STL
  • STEP
  • CAO propriétaire comme Creo ParametricTM

 

Pour :

  • Imprimer une cire
  • Créer un autre bijou à partir du motif
  • Avoir un jumeau numérique

* : La bague, prise en exemple, n’est pas une pièce de haute joaillerie ; les produits numérisés pour notre client suisse sont confidentiels.

Qu’est-ce que l’impression 3D, la technologie du futur ?

L’impression 3D, ou impression tridimensionnelle, aussi appelée fabrication additive, est le processus qui consiste à créer des objets physiques par superposition de différentes couches de matière sur la base d’un modèle numérique, grâce à un outil de conception assistée par ordinateur (CAO).

Le fichier 3D obtenu est traité par un logiciel spécifique qui organise le découpage en tranches des différentes couches nécessaires à la réalisation de la pièce.

Les technologies d’impression 3D permettent de créer des objets de tout type, des prototypes aux simples pièces, en passant par des produits de haute technicité, tels que des pièces d’avion, des bâtiments respectueux de l’environnement, des implants médicaux qui sauvent des vies et même plus récemment des organes artificiels faits de cellules humaines.

Il existe plusieurs technologies en matière d’impression 3D :

  • La technologie FDM en impression 3D (Groupe LV3D)

La technologie FDM est plus populaire en impression 3d et plus accessible aux particuliers. L’imprimante 3d viendra construire en déposant des couches de matières les unes sur les autres en respectant le fichier STL que vous lui demander d’imprimer.

  • La technologie DPP (Daylight Polymer Printing) :

Elle consiste à solidifier, couche après couche, de la résine à l’aide d’un écran.

L’imprimante 3D à cristaux liquides, est basée sur un processus appelé le Polymère de Lumière du jour Imprimant en français (DPP). Cette technologie garde de ses qualités en améliorant la vitesse, ce qui permet de diviser le prix du marché actuel par cinq.

  • Le Digital Light Processing:

Le Digital Light Processing (abrégé en DLP, qu’on pourrait traduire par « traitement numérique de la lumière ») est une technologie de projection d’images reposant sur l’utilisation d’une puce contenant des miroirs orientables.

Ce procédé DLP fixe les photo polymères à l’aide d’un vidéo projecteur. Une technologie proche du SLA, on a juste remplacé l’ampoule par un rayon laser UV. L’objet-3d se construit doucement comme le procéder SLA en solidifiant la résine qui est mise dans le bac. Le rayon UV solidifiant la matière au fur et à mesure.

Les matériaux disponibles varient également selon le procédé. Les plastiques sont de loin les plus courants, mais les métaux peuvent aussi être imprimés en 3D.

Les pièces produites peuvent également présenter un large éventail de propriétés physiques spécifiques, allant d’objets optiquement transparents à des objets caoutchouteux.

Selon la taille de la pièce et le type d’imprimante 3D, une impression prend généralement de 4 à 18 heures.

Cependant, les pièces imprimées en 3D sont rarement prêtes à l’emploi en dehors de la machine. Ils nécessitent souvent un post-traitement pour obtenir le niveau de finition de surface désiré. Ces étapes demandent plus de temps et d’efforts et sont généralement manuels.

 

Quels sont les avantages de l’impression 3D :

  • On peut fabriquer des objets de toutes sortes
  • On peut réparer des objets cassés
  • Permet de vaincre l’obsolescence
  • Cela permet d’améliorer les conditions de vie

 

 L’impression 3d est réellement en train de bouleverser notre façon de consommer … C’est la quatrième révolution industrielle.